couverture
©Erasme/Vandersteen, Willy

T18 - Le fourgon perdu
Bessy (Ed. Erasme)

pour 2 notes.

Western - /
Couleur :
Edition Erasme - 01/01/1953
ID-BDovore : 201

Synopsis : Lake City, petite ville à la frontière de l'Ouest...
Un convoi de pionniers, du moins ce qu'il en reste, y revient péniblement. Ils ont subi l'attaque, sans avertissement, de la tribu des Tecontas. Plusieurs hommes et femmes sont prisonniers.
Présent, Andy et un volontaire partent en éclaireur. Ils se séparent bientôt. Andy retrouve et suit les traces d'un chariot isolé. Ce dernier est pris en chasse par un parti indien. Andy est blessé, fait prisonnier.
Bessy retrouve le chariot et ses occupants. Ses occupants ? Une jeune fille, ses jeunes frère et soeur et un bébé. Ils sont à la recherche de leurs parents et errent dans la plaine.
Ils vont bientôt se rendre compte que les indiens ne lachent par leur proie facilement...




Une erreur sur cette fiche ou votre édition est différente ? Vous pouvez proposer une correction ou proposer l'ajout d'une autre édition


Données privées
(pour votre utilisation personnelle)

Futur achat : Date d'achat : (dd/mm/aaaa) Prix/cote :
E.O : Dédicace : Cadeau : Lu : Ed. numérique :
Prêt : Dernier emprunteur : Email :
Remarque personnelle (état, mémo, ...) :

Commentaires des membres : (vous pouvez également donner un avis de lecture)
Ma Note:
Avis de lecture * :

* : Avis de lecture qui apparaîtra pour tous les visiteurs sur le site

Posté par le 2007-06-25 10:30:55

Un album que j'ai relu maintes fois. Et encore avant de le poster.

Vandersteen a ici concocté un très bon scénario : un chariot perdu dans l'Ouest sauvage, contenant quatre jeunes personnes, va devoir échapper aux recherches et traquenards divers d'une bande d'indiens. Apprendre à survivre, se cacher, manger, se soigner, éviter pièges et obstacles, se battre aussi seront les aléas journaliers de cette "petite bande". Et Bessy a, ici, le rôle principal ! Merveilleuse chienne pétrie de qualités, elle va tout faire, instinctivement, pour sauver ces "robinsons de la forêt".

L'intensité dramatique va crescendo. Car il n'y a pas que les indiens ! Ces derniers ont été "roulés" par des trafiquants sans scrupules, et qui vont se retrouver sur le chemin des enfants. Egalement la quête du fils du chef indien qui veut, seul, s'octroyer le "plaisir" de faire les jeunes prisonniers afin d'obtenir ses plumes d'aigle.

Tout ça se mélange dans un savoureux cocktail bien prenant, magnifiquement dessiné par Verschuere. Attaques, fuites, batailles, engagements, rivière sauvage, pont branlant, camouflage... vont être le lot des enfants qui perdront, rapidement leur innocence.

Très bon opus, dans la lignée de "La dernière diligence".