couverture
©Vents d'Ouest/Rehr, Henrik

Mardi 11 Septembre
Mardi 11 Septembre

pour 2 notes.

Romans Graphiques -
Edition Vents d'Ouest - 01/08/2003
Collection Intégra

EAN : 9782749300979 | ID-BDovore : 23895

Synopsis : Ce récit autobiographique commence le 11 septembre 2001, à New York. L'auteur, Henrik Rehr, habite à 200 mètres du World Trade Center. Ce jour-là, comme tous les jours, sa femme Evelyn part au travail en emmenant leur fils aîné Dylan à l'école. Lui reste travailler à la maison en s'occupant de leur second enfant de deux ans. A 8h48, un premier avion s'abat sur l'une des Twins Towers... La suite appartient à l'histoire...
Mardi 11 Septembre n'est pas un ouvrage d'analyse politique ou historique de cette catastrophe. C'est l'histoire d'un être humain, perdu au coeur d'un événement, d'un homme face à la perte d'un être cher. Les premières pensées de Henrik vont à sa femme, qu'il n'arrive pas à joindre à son bureau. Quand ils parviennent enfin à se parler, il se rendent compte que ni l'un ni l'autre n'a de nouvelles de Dylan.
Pour Henrik, cette angoisse lui remémore la naissance de son fils, où sa femme fut atteinte d'une grave maladie caractérisée par des convulsions accompagnées de coma. Si, en apparence, le cerveau n'étais pas atteint, Evelyn avait pourtant perdu ses esprits, délirant constamment. Henrik s'est demandé pendant plusieurs jours s'il n'allait pas devoir commencer une nouvelle vie avec un nourrisson et une épouse devenue folle.
Ces flashes-back intimes ponctuent le récit du 11 septembre où l'on suit l'évacuation du quartier et la recherche de Dylan... qu'Henrik retrouvera heureusement sain et sauf.



Une erreur sur cette fiche ou votre édition est différente ? Vous pouvez proposer une correction ou proposer l'ajout d'une autre édition


Données privées
(pour votre utilisation personnelle)

Futur achat : Date d'achat : (dd/mm/aaaa) Prix/cote :
E.O : Dédicace : Cadeau : Lu : Ed. numérique :
Prêt : Dernier emprunteur : Email :
Remarque personnelle (état, mémo, ...) :

Commentaires des membres : (vous pouvez également donner un avis de lecture)
Ma Note:
Avis de lecture * :

* : Avis de lecture qui apparaîtra pour tous les visiteurs sur le site

Posté par le 2007-07-16 22:12:09

Le 11 Septembre 2001 n'est plus une date ordinaire et la destruction du World Trade Center a été l'événement le plus médiatisé de la planète.

Ce témoignage est le premier réalisé en BD.
Son auteur, un dessinateur danois, habitait un immeuble proche d'où il voyait des "Tours Jumelles".
Ce mardi-là devait être un jour comme un autre, avec sa femme qui partait au travail en déposant l'aîné de ses enfants à l'école voisine. Lui s'occupait du cadet à domicile lorsqu'il assista à la première explosion, bientôt suivie d'une seconde.

Il relate ici sa stupeur, ses pensées instantanées, ses questions sans réponses. Puis c'est l'évacuation, avec le petit dans les bras, les rumeurs et les informations colportées par les autres habitants de l'édifice et, surtout, cette angoissante impossibilité momentanée de contacter son épouse et son fils, en ignorant s'ils sont indemnes, blessés... ou pire encore.

Au-delà du côté humain du récit, il y a ce reportage, vécu de l'intérieur, sobrement dessiné en noir et blanc. Le lecteur est vraiment entraîné de manière hyperréaliste au coeur du drame.

Et quel drame, et quelle journée ! Celle-là, je m'en souviendrai pendant longtemps.
Votre humble serviteur est Attaché de Sécurité à l'OTAN. Ce 11 Septembre j'étais, comme d'habitude, au Grand Quartier Général lorsque ça a "bardé". Il ne faut surtout pas croire que tout le monde se met à courir, comme dans les films. Non. On reste statique, on ne parle pas, on écoute, on avale les infos télévisuelles.
A haut niveau, la décision est prise : évacuer le GQG. Et, tout de suite, les automatismes renaissent... heureusement. Il en a quand même fallu, pour certains, de la persuasion. Nombre de personnes, de nationalités différentes, m'avisaient -parfois hautainement- d'un "Mais non, ça ne nous arrivera pas !".

Pendant ce temps, des avions passaient -haut dans le ciel-, déjà détournés de leurs couloirs aériens. Et si l'un d'entre-eux m'était "tombé sur la pomme"? C'est par après que l'on y repense. Il ne faut JAMAIS dire : "mais non, ça ne m'arrivera pas !". Car TOUT peut arriver !..

Un album-témoignage. Un vrai...