couverture
©Dupuis/Giroud, Frank

Intégrale Azrayen'
Azrayen'

pour 9 notes.

Romans Graphiques - /
Edition
Collection Aire Libre

EAN : 9782800135489 | ID-BDovore : 27184

Synopsis : Au coeur de la guerre d'Algérie, un homme est l'objet de toutes les recherches. Pour l'armée française, il est le lieutenant Messonnier, disparu avec ses hommes depuis deux semaines. Pour Taklhit, la jeune institutrice berbère, il est Francis, l'amour de sa vie. Pour les Kabyles, il est Azrayen, "l'Ange des Ténèbres".

1ère partie:

Algérie 1957.
Au coeur de la guerre qui oppose l'armée française aux rebelles luttant pour l'indépendance de leur pays, un événement préoccupe au plus haut point l'état-major français : une section de vingt-deux hommes a disparu, avec armes et bagages, depuis deux semaines.
Cette section, composée de harkis, ces Algériens enrôlés dans l'armée française, est commandée par le lieutenant Messonnier.

Le capitaine Valéra, chargé de retrouver Messonnier et sa section, mène son enquête dans les montagnes kabyles, là même où la section s'est évanouie.

Messonnier et ses hommes sont-ils passés à l'ennemi ? Ont-ils été exterminés par les groupes armés du F. L. N., le Front de Libération Nationale algérien ? Messonnier a-t-il été trahi par son second, Mohan Djeddar, qui fut un militant du F. L. N. avant de rejoindre l'armée française ? Etrange personnage que ce Messonnier.

Surnommé Azrayen', l'Ange de la Mort selon les croyances populaires kabyles, Messonnier a été l'amant de Takhlit Allilat, une jeune institutrice berbère. Pour le capitaine Valéra, le témoignage de Takhlit est donc des plus précieux s'il veut avoir une chance de retrouver Messonnier.
Et bien malgré elle, Takhlit participe aux recherches...

Seconde partie:
Toujours aucune nouvelle du Lieutenant Messonnier et de ses hommes.
Plus le temps passe, et plus le capitaine chargé de le retrouver est convaincu que ces derniers ont déserté. Qu'auraient-ils pu faire d'autre?

Leurs recherches les entraînent en plein coeur des montagnes Kabyles. Le relief est propice à une embuscade.
Soudain, une rafale atteint le véhicule de tête... Ce qu'ils découvrent dans les hauteurs est tellement simple, qu'ils n'ont pu l'imaginer...

Fin étrange et terrible, surprenante, où toutes les apparences sont balayées d'un seul coup par une intervention inattendue du destin.
Comme si la disparition de Messonnier et de ses hommes devait symboliser l'effrayante inutilité de la guerre en général et de celle d'Algérie en particulier.



Une erreur sur cette fiche ou votre édition est différente ? Vous pouvez proposer une correction ou proposer l'ajout d'une autre édition


Données privées
(pour votre utilisation personnelle)

Futur achat : Date d'achat : (dd/mm/aaaa) Prix/cote :
E.O : Dédicace : Cadeau : Lu : Ed. numérique :
Prêt : Dernier emprunteur : Email :
Remarque personnelle (état, mémo, ...) :

Commentaires des membres : (vous pouvez également donner un avis de lecture)
Ma Note:
Avis de lecture * :

* : Avis de lecture qui apparaîtra pour tous les visiteurs sur le site

Posté par le 2007-06-23 23:08:41

Le scénariste s'est basé sur la découverte des carnets que son père avait tenus durant la guerre d'Algérie. Il y notait sa vision quotidienne du conflit.
Giroud s'est alors rendu sur place, a recueilli des témoignages, y a fait des repérages.
Ce long travail de documentation donne toute sa crédibilité au dyptique.
Il prend comme trame la recherche d'une section de soldats disparue dans les hostiles montagnes arides de Kabylie.

Tel un reporter, Giroud agit avec rigueur, sans parti pris. On ressent la lassitude des hommes, le désarroi des villageois, l'absurdité des conflits, le drame humain.

Très beau travail graphique de Lax, lequel y va d'un trait incisif et puissant. Pour coloriser, il n'utilise que deux gammes de coloris, jaune et rouge, qui renforcent l'atmosphère pesante de cette oeuvre réussie.




Posté par le 2006-03-22 20:08:35

Si le scénario d’Azrayen’ n’a rien d’extraordinaire, le dessin et l’ambiance nous plongent au milieu de l’Algérie en pleine guerre de décolonisation. Si ce récit nous fait découvrir la réalité de cette guerre (barbarie, torture, embuscades, prisonniers, orphelins, ...), il nous fera surtout découvrir sa stupidité et son absurdité grâce à une fin terrible qui fait réfléchir et nous laisse une sensation de dégoût!

Lax et Giroud ont ici le mérite de nous plonger avec beaucoup de réalisme (à la limite du reportage) dans le quotidien de cette sale guerre que beaucoup trop de gens ont oublié ou ne connaissent même pas ... et quand on parle aujourd’hui de l’Algérie aux petits français ils crient tous en cœur “Allez Zizou” ...