couverture
©Urban comics/Murphy, Sean Gordon

Batman : White Knight
Batman : White Knight

pour 4 notes.

Comics Super-héros -
Couleur :
Edition
Collection DC Black label

EAN : 9791026814368 | ID-BDovore : 288538

Synopsis :

Le Joker, ce maniaque, ce tueur, celui que l'on surnomme le Clown Prince du Crime... si Batman, le Chevalier Noir, sombre du côté obscur, pourquoi le Joker ne pourrait-il pas sortir de sa psychose et devenir le Chevalier Blanc ? C'est ce qui arrive après qu'un traitement inédit a guéri le Joker et le fait redevenir Jack Napier : un nouveau candidat à la mairie de Gotham !


Contenu vo : Batman White Knight #1-8


source: éditeur




Une erreur sur cette fiche ou votre édition est différente ? Vous pouvez proposer une correction ou proposer l'ajout d'une autre édition


Données privées
(pour votre utilisation personnelle)

Futur achat : Date d'achat : (dd/mm/aaaa) Prix/cote :
E.O : Dédicace : Cadeau : Lu : Ed. numérique :
Prêt : Dernier emprunteur : Email :
Remarque personnelle (état, mémo, ...) :

Commentaires des membres : (vous pouvez également donner un avis de lecture)
Ma Note:
Avis de lecture * :

* : Avis de lecture qui apparaîtra pour tous les visiteurs sur le site

Posté par le 2019-03-16 12:59:31

Sublime. La preuve qu'on peut reprendre un univers pourtant foisonnant de titres pour y imposer sa marque et peser fortement sur les œuvres à venir.
Une réussite dans tous les domaines : un scénario maîtrisé de bout en bout, un dessin particulièrement en phase avec le récit, des couleurs participant pleinement de la narration.
Si vous ne l'avez pas encore lu, précipitez-vous !




Posté par le 2018-11-25 15:49:14

Si l’on est habitué aux histoires récentes de Batman, il apparaît très vite et très clairement, à la vue du développement bien mesuré, sur huit numéros (212 pages au total, sans les bonus), que ce récit va se poser comme une pierre angulaire de la légende de l’univers DC.

Sean Murphy signe de très belles planches, toutes parfaitement au service de l’histoire. Il est donc difficile de dire que son dessin, que les amateurs du dessinateur pouvaient attendre avec impatience (ou redouter ?), est juste illustratif ou trop superficiel, tant il épouse le récit. La colorisation de Matt Hollingsworth lui apportant la touche dramatique finale nécessaire.

Sans failles visibles, « Batman White Knight » (« Le Chevalier blanc ») se lit avec passion et émotion, et possède toutes les qualités du classique instantané, dont le fait d’être un volume unique. Il fera date et se rangera dès à présent parmi les albums indispensables du chevalier noir.
Fortement conseillé.