couverture
©Delcourt/Peyraud, Jean-Philippe

T1 - La nuit des lucioles
Le désespoir du singe

pour 10 notes.

Aventures Fantastiques - /
Couleur :
Edition Delcourt - 24/01/2006
Collection Conquistador

EAN : 9782847894295 | ID-BDovore : 32879

Synopsis : Au bord d’une mer intérieure menacée de disparition, une ville est agitée par un vent révolutionnaire. Josef, fils de commerçant, va se fiancer. Son amie Édith, peintre et femme libre, lui présente Vespérine, épouse d’un opposant politique paralytique, au charme troublant. Quand la répression s’abat sur la ville, les destins de Josef et Vespérine basculent...


Une erreur sur cette fiche ou votre édition est différente ? Vous pouvez proposer une correction ou proposer l'ajout d'une autre édition


Données privées
(pour votre utilisation personnelle)

Futur achat : Date d'achat : (dd/mm/aaaa) Prix/cote :
E.O : Dédicace : Cadeau : Lu : Ed. numérique :
Prêt : Dernier emprunteur : Email :
Remarque personnelle (état, mémo, ...) :

Commentaires des membres : (vous pouvez également donner un avis de lecture)
Ma Note:
Avis de lecture * :

* : Avis de lecture qui apparaîtra pour tous les visiteurs sur le site

Posté par le 2007-07-03 20:51:13

Une belle histoire d'amour dans un monde au bord de l'implosion. Un univers qui se réduit comme une peau de chagrin et un monde qui est secoué par une révolte larvée.

Malgré ce climat de fin du monde, des couples se forment pourtant et l'amour peut se développer contre vents et marées.

Une histoire tendre, passionnée, mise en vie dans un graphisme simple mais terriblement efficace.
C'est limpide. Une très bonne surprise qui se dévore de bout en bout.




Posté par le 2006-03-31 19:09:26

Le désespoir du singe, titre métaphorique d’une série prévue en quatre tomes et qui parle de sentiments dans un environnement à la politique instable.

Un environnement que l’on a du mal à situer, une époque que l’on sent révolue, mais pas nécessairement passée. Une ville de pêcheurs dont la mer disparaît lentement, ainsi que l’espoir. Une ville où le pouvoir en place doit faire face à la rébellion et aux attentats des ‘francs-battants’. Un conflit qui offre un cadre politique à l’amour impossible entre deux personnes dont l’attirance inopinée contraste admirablement avec la haine et la violence qui les entoure.

Un contraste qui se retrouve également dans le dessin d’Alfred qui use admirablement de différents tons pour les scènes de passions amoureuses, celles de foules en ébullition ou lors des apparitions de la milice représentée par des monstres noirs.

Une romance impossible au sein d’une révolution qui gronde, de la poésie dans un monde de brutes. Très beau et assurément à suivre.