couverture
©Blake & Mortimer/Sente, Yves

T16 - Les sarcophages du 6e continent, Tome 1
Blake et Mortimer (Editions Blake et Mortimer)

pour 26 notes.

Aventure - /
Couleur :
Edition
EAN : 9782870970669 | ID-BDovore : 4593

Synopsis : Bruxelles. Exposition Universelle de 1958...
Le pavillon de Grande-Bretagne est supervisé par Philip Mortimer et se trouve en liaison radio permanente avec la base britannique de l'Antarctique. Les visiteurs du pavillon sont ainsi en connexion avec le sixième continent (d'où le titre).

Mais des précurseurs du terrorisme, une organisation d'origine indienne, ont aménagé sous la glace un laboratoire où, grâce à une technologie avancée, ils vont pirater les ondes et provoquer, à des milliers de kilomètres, d'inquiétants phénomènes électromagnétiques dans la capitale belge...



Une erreur sur cette fiche ou votre édition est différente ? Vous pouvez proposer une correction ou proposer l'ajout d'une autre édition


Données privées
(pour votre utilisation personnelle)

Futur achat : Date d'achat : (dd/mm/aaaa) Prix/cote :
E.O : Dédicace : Cadeau : Lu : Ed. numérique :
Prêt : Dernier emprunteur : Email :
Remarque personnelle (état, mémo, ...) :

Commentaires des membres : (vous pouvez également donner un avis de lecture)
Ma Note:
Avis de lecture * :

* : Avis de lecture qui apparaîtra pour tous les visiteurs sur le site

Posté par le 2007-06-26 22:38:23

Première bonne chose : la couverture !
Accrocheuse, elle évoque les meilleurs "unes" de Jacobs et séduit davantage que les poupées russes de l'opus précédent (en EO).

Nous avons aussi affaire à un audacieux flash-back qui nous présente la jeunesse de Blake et Mortimer, leur rencontre à Bombay, les parents des jeunes gens et les premiers émois amoureux du futur professeur, encore imberbe à l'époque (Jacobs aurait-il osé ?..).

Le choix du décor ensuite : celui du site de l'exposition universelle de Bruxelles en 1958 (j'y étais, bien que gamin !!!...). Sur les traces de nos héros, j'ai pu me souvenir et redécouvrir cet événement majeur et à nouveau parcourir les pavillons les plus spectaculaires (mes parents y ont travaillé !... joie de nombreuses photos et cartes postales retrouvées !...).

Bien réalisé, passionnant même. Rien à (mé)dire au niveau graphique. Les "réalisateurs" de ce présent opus me paraissent bien être les dignes héritiers du grand Jacobs.