couverture
©Dargaud/Ruiz, Emilio

Mano en mano
Mano en mano

pour 2 notes.

Société - /
Edition Dargaud - 04/07/2008
EAN : 9782505003496 | ID-BDovore : 54195

Synopsis : Les aventures espagnoles d'un billet de 20 euros qui, passant de "main en main" nous emporte dans un chassé-croisé de situations et de rencontres prétexte à la découverte d'une galerie de personnages savoureux, et occasion de porter un regard critique, amusé mais pas dupe, sur notre société où, parait-il, l'argent ne fait pas toujours le bonheur des gens.


Une erreur sur cette fiche ou votre édition est différente ? Vous pouvez proposer une correction ou proposer l'ajout d'une autre édition


Données privées
(pour votre utilisation personnelle)

Futur achat : Date d'achat : (dd/mm/aaaa) Prix/cote :
E.O : Dédicace : Cadeau : Lu : Ed. numérique :
Prêt : Dernier emprunteur : Email :
Remarque personnelle (état, mémo, ...) :

Commentaires des membres : (vous pouvez également donner un avis de lecture)
Ma Note:
Avis de lecture * :

* : Avis de lecture qui apparaîtra pour tous les visiteurs sur le site

Posté par le 2008-09-26 22:46:58

De nos jours, en Espagne… Le « héros » ?… un billet de 20 Euros qui –comme le titre l’indique- passe de main en main. Et ce passage est l’occasion de rencontrer des personnages, de vivre une tranche de leur vie, comme des mini reportages sur le modus vivendi de diverses classes de la société.
C’est tout ?… C’est tout.

Une curieuse BD. Elle m’a d’abord fait penser à ce très vieux film français: « La ronde », de Max Ophüls. Un personnage vivait une histoire et, parmi d’autres, en rencontrait une que l’on suivait alors ; et ainsi de suite…

Même chose ici, mais dans un autre contexte. L’idée est tellement « simple » qu’elle en devient originale. Et pourquoi pas après tout ?… J’ai ainsi suivi ce bout de papier, sans grande importance d’ailleurs, et ai rencontré divers personnages dont les pérégrinations leur donnent un certain sens à la vie. Tant mieux pour eux MAIS une plus grande dérision, une plus grande dose d’humour auraient vraisemblablement apporté un « + » à cette BD… un tantinet bien fade. Dommage, il y avait là belle matière à exploiter.

Néanmoins ce one-shot, dans son style, est assez réussi ; ce surtout grâce au graphisme. Mirallès a du talent et sait vraiment bien « croquer » les êtres qui animent le sujet. Des gueules bien typées, une mise en page bien cadrée où les décors –même « simplifiés »- forment une certaine ambiance ; l’ensemble fait de ce tome une certaine réussite. On est loin de « Djinn » , de la même dessinatrice ; mais c’est ce qui fait la diversité d’un auteur. Bien. Mais de là à en faire l’exégèse…