couverture
©Delcourt/Laprun, Amandine

T1 - Le chant du pluvier
Le chant du pluvier

pour 2 notes.

Autobiographie, Autofiction - - /
Edition Delcourt - 22/04/2009
Collection Mirages

EAN : 9782756010830 | ID-BDovore : 63085

Synopsis : Suite au décès de sa mère, Guilhem rentre dans son Béarn natal pour des retrouvailles douloureuses. Lui qui n'a jamais été proche ni de son père ni de sa soeur n'a désormais plus sa place là-bas. Après les funérailles, il repart sans un au revoir, mais propose à son père, contre toute attente, de le rejoindre au Groenland. Celui-ci accepte, ne mesurant pas encore la portée d'une telle décision...

source: éditeur



Une erreur sur cette fiche ou votre édition est différente ? Vous pouvez proposer une correction ou proposer l'ajout d'une autre édition


Données privées
(pour votre utilisation personnelle)

Futur achat : Date d'achat : (dd/mm/aaaa) Prix/cote :
E.O : Dédicace : Cadeau : Lu : Ed. numérique :
Prêt : Dernier emprunteur : Email :
Remarque personnelle (état, mémo, ...) :

Commentaires des membres : (vous pouvez également donner un avis de lecture)
Ma Note:
Avis de lecture * :

* : Avis de lecture qui apparaîtra pour tous les visiteurs sur le site

Posté par le 2021-04-27 21:21:08

Une vie de famille qui réorganise ses relations suite au décès d'un des siens. C'est authentique, touchant et simple comme le graphisme de cet album ou les nuances de couleurs ont d'autant plus d'importance. Un joli moment de vie.




Posté par le 2012-11-02 20:43:36

J’ai ici eu affaire à une histoire où l’authenticité côtoie la sincérité. Et dans beaucoup de BDs, ce n’est pas toujours le cas.
Et j’ai lu, et j’ai apprécié cette histoire d’un gars, un fils, qui est étranger dans sa propre famille ; un fils qui préféré partir loin –au Groenland- tant il en avait marre de la rudesse de son père.
Et c’est le décès de la maman qui va les réunir.

Je les ai suivi, le fils et Bernat –le père- venu de son Béarn profond, dans un passage commun de leur vie qui va être une initiation. On aurait pu croire que le père allait être « perdu », désorienté… Mais non, Bernat est comme la pub de Babybel : « il se sent bien partout ». Car même si les cultures sont différentes, au fond : les gens sont les mêmes.

Ce qui m’avait agacé –au départ- est le graphisme. Je le trouvais simpliste. Mais, rapidement, j’ai constaté que le dessin –d’une grande sobriété- était pourtant tout en contrastes. Et cette efficacité vient du fait que, en quelques lignes, quelques traits, la dessinatrice a insufflé une véritable vie dans ses cases. Il ne faut parfois pas grand chose pour « bien remplir » une case. Et son dessin, sa mise en page, créent ainsi des ambiances attirantes.

Un album à lire, à relire, à son aise pour bien s’en imprégner. Efficace.