couverture
©Panini Comics/Moore, Alan
Réédition avec une nouvelle colorisation (voir Batman : Rire et mourir - Delcourt pour l'ancienne...) - Une histoire supplémentaire anciennement en N&B - Esquisses et commentaires de Brian Bolland.

Batman - The killing joke
Batman - The killing joke

pour 17 notes.

Comics Super-héros - /
Couleur : <n&b>
Edition
Collection DC Icons

EAN : 9782809409642 | ID-BDovore : 72247

Synopsis : Tout ce qui différencie un fou d'une personne saine d'esprit, c'est un mauvais jour.
Le joker, l'ennemi de Batman, en est persuadé. Il s'échappe de l'asile d'Arkham et va tout faire pour prouver au monde qu'il a raison. Mais pour ce faire, il va avoir besoin du commissaire Gordon et de sa fille Barbara... Le légendaire Alan Moore (Watchmen, V for Vendetta) revisite les origines du joker dans ce chef-d'oeuvre moderne, recolorisé à l'occasion de cette nouvelle édition par le fantastique Brian Bolland.
Un bref récit de Bolland et une série d'esquisses complètent le programme.
(Panini Comics)



Une erreur sur cette fiche ou votre édition est différente ? Vous pouvez proposer une correction ou proposer l'ajout d'une autre édition


Données privées
(pour votre utilisation personnelle)

Futur achat : Date d'achat : (dd/mm/aaaa) Prix/cote :
E.O : Dédicace : Cadeau : Lu : Ed. numérique :
Prêt : Dernier emprunteur : Email :
Remarque personnelle (état, mémo, ...) :

Commentaires des membres : (vous pouvez également donner un avis de lecture)
Ma Note:
Avis de lecture * :

* : Avis de lecture qui apparaîtra pour tous les visiteurs sur le site

Posté par le 2016-08-23 10:01:15

Qui de mieux qu'Alan Moore pour nous plonger dans les méandres de l'esprit tordu du Joker ? Car si nous avons ici une énième preuve de la folie destructrice du plus grand méchant de l'histoire de la bande-dessinée - folie qui occasionnera parmi les événements les plus tragiques de l’Ère moderne de Batman - c'est surtout les origines du clown qui nous sont proposées ici, par le biais de flash-back en noir et blanc d'une noirceur et d'une détresse inouïes. En seulement 47 pages, tout est dit, et plus rien ne sera jamais pareil.